Si c’est encore
un homme

Mémoires n°64
Prix : 8 euros (papier) / gratuit (pdf)

DOSSIER

Si c’est encore un homme

p.5 • Si c’est (encore) un homme, par Omar Guerrero, Psychologue clinicien et psychanalyste au centre de soins Primo Levi

p.8 • Soigner les pères et les maris migrants, par Catherine Grandsard, Psychologue clinicienne, maître de conférence à l’Université Paris 8 et directrice adjointe du centre Georges Devereux

p.10 • Après les violences sexuelles, comment se sentir homme ?, par Jonas Bessan, Médecin généraliste au centre de soins Primo Levi

p.12 • Accompagnement social à la paternité en situation d’exil, par l’équipe de l’Hébergement d’Urgence pour Demandeurs d’Asile en Ardèche

p.14 • Paternité abimée, par Marie Daniès, rédactrice en chef et Olivier Jégou, assistant social au centre de soins Primo Levi

p.15 • Tout comme une mère, un père réfugié cherche à protéger ses enfants, par Aurélia Malhou, juriste au centre de soins Primo Levi

ENFANTS & FAMILLES

p.16 • Au nom du père, par Jacky Roptin, psychologue clinicien et psychanalyste au centre de soins Primo Levi

REGARDS

p.18 • Présentation de l’action Cultures du Coeur Paris, par Judith Vincent, présidente de Cultures du Coeur Paris

Introduction :

Fuir est une question de survie.

Lorsque la menace pèse sur soi, sa famille, ses proches, la seule issue possible en tant qu’être humain, c’est chercher à se protéger, de quelque manière que ce soit. Au risque de l’exil, au risque d’encourir de nouvelles tragédies. Cette pulsion de vie fait partir en éclaireur et laisse imaginer que l’on pourrait faire venir sa femme, ses enfants plus tard pour reconstruire une vie.

Qui sont ces hommes masqués par nos politiques et nos media sous des appellations telles que « réfugiés », « clandestins », « sans papiers », « étrangers » ou encore « victimes » ? Car derrière ces mots impersonnels, se trouvent avant tout des frères, des pères, des fils, des maris. Les liens sont rompus par la violence et la distance. Une fois en terre d’accueil, seuls ou accompagnés, avec ou sans papiers, nous avons souhaité interroger leur fonction. Après les menaces, après la torture, après l’exil, comment être un père, un mari ? Surtout lorsque pèse sur ces hommes, un devoir de protection, de garant des ressources et une image de virilité.

Si la culture influence les rôles, c’est surtout la place que nous questionnons au Centre Primo Levi. A travers ce numéro, nous avons souhaité donner la parole à toutes les disciplines afin de rendre compte de la complexité à retrouver une place dans une société qui n’est pas la sienne et qui prive, jusqu’à l’obtention d’un statut, de droits. L’accompagnement, qu’il soit psychologique, médical, juridique ou social, repose sur une demande première à formuler. Elle peut être détournée tant la honte des violences subies est encore présente. Il s’agit alors de saisir cette demande, pour amener une personne à se sentir légitime. L’obtention du statut facilite, bien sûr, l’accès à ces places, mais elles sont aussi à travailler psychiquement, physiquement et socialement. Ces approches seront complétées par une réflexion sur la prise en compte de la culture dans le soin apporté aux personnes migrantes ainsi que par l’exemple d’initiatives menées par un Centre d’Accueil pour Demandeurs d’Asile.

   

Bouton Acheter ce numéro      Bouton S'abonner à Mémoires