Après la violence et l’exil, quel accompagnement social ?