Torture et asile : quels soins possibles ? | Centre Primo Levi

Torture et asile : quels soins possibles ?

Lorsqu’on a été séquestré, battu, qu’on a dû fuir son pays et que quelques mois plus tard, à 5 000 km de là, on se retrouve seul à dormir à la rue sans aucun repère ni perspective d’avenir, peut-on espérer un jour « guérir » ? La Journée mondiale de la santé, célébrée ce mardi 7 avril 2015, est l’occasion de faire connaître les séquelles physiques et psychologiques des quelques 125 000 personnes* que la torture et la quête de protection ont poussées jusqu’en France, et également de mettre le doigt sur la dégradation insupportable de leurs conditions de logement, avec des conséquences directes sur leur état de santé.

couleur-7

Les personnes dont nous parlons sont des survivants de la torture et/ou de massacres perpétrés pour des raisons politiques, ethniques ou religieuses. Ils ont perdu un ou plusieurs membres de leur famille, ont assisté à des scènes d’une violence inouïe, ont subi des traitements inhumains, dégradants, des violences sexuelles. Du jour au lendemain, ils ont été contraints de tout quitter : travail, famille, maison, pays et projets.


Arrivés en France, ils sont souvent encore sous le coup de la sidération provoquée par ces violences extrêmes infligées intentionnellement. La torture les a coupés du monde, les a réduits à l’état d’objet. Aux séquelles de la violence qui les a fait fuir leur pays se sont ajoutés le traumatisme de l’exil et les conditions de voyage souvent terribles (exiguïté de la cachette, manque d’hygiène, confinement, isolement, violences sexuelles imposées par les passeurs pour « monnayer » le passage).


Pour comprendre la situation sanitaire dans laquelle se trouvent ces hommes, ces femmes et ces enfants réfugiés en France, un dossier en trois parties vous est proposé.

 

SOMMAIRE DU DOSSIER

1. Quelles séquelles physiques et psychologiques ?

2. Peut-on guérir de la torture ?

3. Logement et santé : une préoccupation grandissante