Chercher asile
en Europe

L’Europe, perçue comme terre d’accueil et de liberté par ceux qui fuient les conflits et les régimes répressifs, s’évertue néanmoins à fermer ses frontières et à durcir ses politiques migratoires. Chercher asile en Europe, c’est s’exposer à la noyade, à l’errance, à la précarité sans fin, au renvoi à tout moment. Beaucoup, pourtant, n’ont pas le choix car leur vie est plus menacée encore là d’où ils viennent. Alors ils avancent, poussés par une force de vie qui dépasse tout. Comment se (re)construire dans ces conditions ? Quels effets cette errance a-t-elle sur la santé physique et psychique des personnes ?

 

SOMMAIRE DU DOSSIER

1. Contexte
« Le chiffre noir de l’asile, c’est celui des demandes qui n’ont jamais pu être déposées »
Entretien avec François Héran, démographe

 

2. Contexte
« Le système d’accueil des migrants en Europe favorise le développement de maladies psychiques »
Entretien avec Andrea Tortelli, psychiatre et chercheuse

 

3. Parcours
L’errance à l’œuvre : histoire d’une famille qui vit sur un fil