Un partenariat inédit pour former les professionnels au psychotrauma

Le 29 août 2018, les organisations non gouvernementales Dignity et le Centre Primo Levi ainsi que les universités de Copenhague et de Paris Descartes ont signé un accord de partenariat en vue de développer ensemble une offre de formation dans le domaine de la prise en charge des victimes de torture et de violences politiques.

Soixante-dix ans après l'adoption, à Paris, de la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme, la persistance des violations des droits fondamentaux est la source de traumatismes auxquels ni les progrès scientifiques ni l'amélioration des systèmes de santé dans le monde n'ont permis d'apporter la réponse que leur gravité et leur échelle appellent.


De nombreuses années au service des victimes ont convaincu les organisations non gouvernementales Dignity (basée à Copenhague) et le Centre Primo Levi (basé à Paris) de la nature spécifique des traumatismes inhérents aux violences d’ordre politique, aux tortures et à la nécessité de former les professionnels (médecins et psychologues) à leur prise en charge.


Par ailleurs, l’efficacité de la justice pénale internationale dans la répression des crimes contre l’humanité dépend de la capacité du corps médical à inscrire son action dans le cadre des règles de procédure propres à ces juridictions. Or les protocoles de soin conçus dans un contexte de paix conduisent à des résultats au mieux insuffisants, au pire inadaptés voire nuisibles.


S'il existe des formations pour soigner les victimes de violences politiques, elles demeurent toutefois parcellaires et, à notre connaissance, il n'existe pas au niveau de l'enseignement supérieur d’offre fondée sur une approche globale et pluridisciplinaire pour assurer la prise en charge de ces patients.


Sur la base de ce constat, les deux ONG et les deux universités ont décidé de mettre en commun leur expérience et d’associer leurs efforts pour développer une telle offre, en se concentrant sur les thèmes suivants :

• Droit et violence

• Médecine et violence

• Le psycho-trauma et ses effets

• L’impact transgénérationnel, social et familial

• Qui sont les publics cibles pertinents ?

• Prévention, diagnostique, traitement, réhabilitation : quelles approches sont disponibles et que savons-nous sur leurs effets ? Modèles et pratiques

• Gestion, organisation, coordination et financement des services de santé publique : établir une collaboration transversale et transsectorielle

• Démarche d’assurance qualité des soins envers les patients traumatisés : développement et évaluation des prestations.


Signature de l'accord de partenariat,
le 29 août 2018 à Copenhague